Ref. OT0119

La valeur de la mémoire

Traducción de Ana Bonet Solé. Prólogo de Jean Ortiz.

Des prisons franquistes aux camps d'extermination nazis, Mercedes Núñez Targa, femme de convictions du XXème siècle (Barcelone 1911-Vigo 1986) raconte avec sincérité et talent son incroyable odyssée. C'est un récit à la première personne où l'autobiographie est complétée par une analyse sociologique et qui se lit en retenant son souffle. La narration comprend des détails strictement féminins rendant ce témoignage particulièrement intéressant. Le 14 avril 1931 Mercedes assiste avec enthousiasme à la proclamation de la IIème République espagnole. En 1934, elle est secrétaire du poète Pablo Neruda, celui-ci étant alors Consul du Chili à Barcelone. Le 18 juillet 1936 c'est le coup d'état militaire des généraux factieux. Mercedes paiera de sa liberté son engagement dans la défense des valeurs de la République. En 1942, à sa sortie de la terrible prison de Ventas de Madrid elle prend le chemin de l'exil et franchit les Pyrénées. Elle retrouve des compagnons de lutte à Carcassonne et s'engage dans la Résistance. Arrêtée par la Gestapo en mai 1944 et déportée, elle connaîtra l'enfer de Ravensbrück. Le 14 avril 1945, jour de sa libération, elle était destinée à la chambre à gaz. Mercedes a consacré le reste de son existence à témoigner, considérant comme un impérieux devoir de transmettre La valeur de la mémoire. A. B. « ... Le livre et le personnage peu connu de Mercedes Núñez Targa... nous prouvent à quel point sont importants les témoignages de ces personnes qui ne sont rien et qui sont tant à la fois et leur valeur pour l'Histoire et pour l'humanité... C'était une femme comme tant d'autres, cependant c'était une héroïne, l'un de ces êtres qui relèvent le rang de la condition humaine et c'est un plaisir (rempli d'épouvante) que de lire son témoignage... ». Luis Antonio de Villena, El Mundo

Envío gratuito a partir de 15€

14,25 € impuestos inc.

-5%

15,00 € impuestos inc.